La vérité sur les cosmétiques

La cosmétique, c’est fantastique ! L’industrie nous promet monts et merveilles entre jeunesse éternelle, peau parfaite et embellissement instantané. Mais avez-vous conscience de ce que vous mettez sur votre peau ?

J’avais ce bouquin en ma possession depuis plusieurs mois grâce à un troc de livre avec ma cousine. J’ai donc profité de mes vacances pour étudier la question à propos de La vérité sur les cosmétiques de Rita Stiens. Avec mon passé de consommatrice, cette lecture ainsi qu’une remise en question, je souhaite partager avec vous les coulisses des cosmétiques conventionnels et son (impitoyable) marché ; afin de vous y sensibiliser et de vous rappeler qu’il n’y a rien de mieux que le naturel.

– Soyons clair : la jeunesse est éphémère –

L’objectif du marché des cosmétiques est de vous rendre beaux/belles. Nous recherchons tous la même chose : paraître jeune et en bonne santé. Ce que font les marques de cosmétique ? Vous promettre une peau parfaite sans imperfection, paraître 10 ans de moins que votre âge… Or la jeunesse est éphémère. Notre peau vieillie, c’est un processus naturel. Au fur et à mesure notre organisme produit de moins en moins de collagène, la peau se relâche et devient de plus en plus sèche. Il n’y a pas de miracle, une crème ne vous rendra jamais votre jeunesse ou plus jeune que vous ne l’êtes. Tout dépend de votre génétique, de votre hygiène de vie, de votre exposition au soleil. L’unique solution pour se débarrasser efficacement des rides est d’avoir recours à la chirurgie ou médecine esthétique.

Ce qu’il faut retenir ? Le plus important reste la protection contre les rayons du soleil ainsi qu’une hydratation adéquate. Une hydratation passe par des soins locaux mais aussi en buvant régulièrement durant la journée.

– Salle de bain surencombrée & panier percé –

Le marché de la cosmétique est un véritable business. L’entreprise l’Oréal est une des plus grosses fortunes françaises. Le marché est inondé, les nouveautés sortent régulièrement et on ne sait plus où donner de la tête. Pour les personnes les plus influençables, les stratégies marketing marchent très bien : la salle de bain déborde de produits de beauté entamés plus ou moins en même temps. On ne peut même plus mesurer l’efficacité d’un produit car on ne prend pas le temps de le terminer et on enchaîne directement avec un autre. Certains ne sortiront jamais du placard, d’autres seront entamés sans être pleinement vidés, seront périmés et finiront à la poubelle… Ces produits deviennent au final un peu trop envahissants, entraînent une perte financière et ne nous facilite pas la tâche lors du ménage. Les pulsions d’achat, la peur de manquer, de passer à côté d’une promotion… Autant de raison qui peut nous pousser à consommer. Anticiper ses achats c’est bien, mais dans la limite du raisonnable.

Ce qu’il faut retenir ? 1. Finissez vos produits avant d’en entamer des autres. Si vous avez un produit chouchou et que votre peau l’aime alors rachetez-le et vous éviterez de prendre le risque d’être déçu(e) par la dernière nouveauté.

2. Réduisez vos produits, ne prenez que l’essentiel.  Vous pourrez ainsi faire des économies, de la place et serez plus zen avec votre nouvelle salle de bain minimaliste. L’essentiel d’une trousse de toilette est différent d’une personne à l’autre, allez-y progressivement et réjouissez-vous de vos exploits. Le petit plus, c’est de sélectionner des produits multifonctions telle que l’huile de coco utilisée comme démaquillant, en masque pour réparer les cheveux, hydratant pour le corps (attention à terme elle a tendance à dessécher, est comédogène pour les peaux à problèmes).

– Des peaux plus sujettes aux problèmes cutanés –

Irritation, inconfort, rougeurs, imperfections, eczéma ou psoriasis… Les peaux n’ont jamais été autant agressées, sensibles, déséquilibrées. La faute à une surconsommation de produits appliqués en couche, une utilisation de soins inadaptés à votre type de peau qui ne font qu’empirer la situation, les désastres de la pétrochimie sur la peau et la santé, les agressions extérieures (pollution, soleil, froid), les changements hormonaux, le vent, l’eau calcaire et le stress. La peau est censée s’équilibrer naturellement mais nécessite parfois un petit coup de pousse. On a tendance à trop l’agresser, je parle notamment des peaux grasses à problème où l’on tente désespérément de retirer le « gras ». Or, cela peut être à double tranchant car certains soins sont trop décapants, entrainant un déséquilibre du film hydrolipidique, la peau produit encore plus de sébum.

De plus, il existe différents types de peau, il est donc indispensable de bien la connaître afin de lui apporter l’hydratation nécessaire. Notre peau change au fils des années et ne ressemble plus à celle de notre adolescence. Je ne m’en étais pas rendue compte mais je restais focalisée sur ma peau mixte d’adolescente et je continuais d’acheter des soins matifiants. Mon teint était irrégulier mais une visite chez une esthéticienne m’a permis d’ouvrir les yeux sur mon cas : j’ai une peau normale à tendance sèche.

Ce qu’il faut retenir ? 1. Je vous recommande, si votre budget vous le permet, de vous accorder un soin du visage en institut avec un diagnostic de peau afin d’être fixé(e) et d’être conseillé(e). Sinon rendez-vous dans une pharmacie, certains professionnels peuvent mesurer votre taux d’hydratation grâce à un outil ou évaluer votre état cutané avec un regard expert.

2. De plus, moins vous en mettrez mieux votre peau se portera. Si vous avez l’habitude de vous maquiller au quotidien, réduisez au fur et à mesure certaines étapes pour ne garder que l’essentiel. Profitez des moments « off » pour ne pas vous maquiller et laissez respirer votre peau. Privilégiez le maquillage qui a une action soin en plus.

3. Tournez-vous vers une cosmétique plus verte, exempt de silicone et autres ingrédients pas jojo (plus d’infos en bas).

– Les produits bio et naturels : c’est l’avenir –

La cosmétique naturelle et bio n’a rien à envier à la cosmétique de luxe. Ce que vous payez c’est la marque. Les ingrédients dans un produit de luxe restent toujours cracra à cause de la pétrochimie. Certes, sur le moment, le produit peut améliorer le grain de peau, mais elle ne l’arrange pas sur le long terme que ce soit sur l’état cutané, sur votre santé ou sur la planète. Contrairement aux produits conventionnels, les cosmétiques biologiques et naturelles misent sur des matières premières issues de la nature avec le moins voir une absence de chimie. Ces matières premières apportent de meilleurs résultats sur la peau au long terme grâce à leur(s) qualité(s) issues de la nature.

Ce qu’il faut retenir ? 1. Tournez-vous vers des produits plus naturels : troquez votre brumisateur d’eau contre une eau florale, privilégiez l’hydratation de votre corps et/ou visage à base de beurres végétaux, huiles végétales et de gel d’aloé vera. Abandonnez votre eau micellaire et adoptez une huile démaquillante.

– Halte au green washing –

Au vu de l’intérêt grandissant pour la cosmétique naturelle et biologique, les entreprises veulent récupérer leur part du marché en redorant leur image et en surfant sur la vague de la « green » cosmétique. Alors c’est bien beau de vouloir changer mais ce qui ressort de ces marques n’est qu’hypocrisie pour faire vendre leurs produits. Ça s’appelle le « green washing », cela consiste à faire croire aux consommateurs que le produit est à base d’ingrédients naturels. Or lorsque l’on regarde la liste des ingrédients (INCI) en détail on s’aperçoit vite que le produit en question n’est pas si naturel que cela. Malheureusement c’est à nous de faire attention à ce que l’on achète pour ne pas être dupé(e)s, mais encore faut il savoir lire les étiquettes.

Heureusement, de nombreux produits sont à présents estampillés par des labels biologiques telle qu’Ecocert, ce qui facilite grandement les choses question contrôle des substances cracra. Mais gardons l’œil ouvert car certains ingrédients sont plus ou moins acceptés par différents labels. Comme je vous l’ai déjà dit, nous sommes consom’acteur, notre pouvoir passe par ce que l’on consomme.

Ce qu’il faut retenir ? 1. Je vous ai fais une fiche mémo pour savoir lire vos étiquettes par rapport à la liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients).

 2. Sinon vous pouvez contrôler la composition de vos produits sur le site Que Choisir ou via des applications disponibles sur les smartphones tel que Yuka.

savoir lire une étiquette

______

Avez-vous troqué les produits conventionnels contre des produits plus naturels ? Quel a été l’élément déclencheur ? J’espère que cet article vous aura plus, n’hésitez pas à le partager pour sensibiliser votre entourage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s